My Ssec Capstone Project ESSAI ACTU ECO Aujourd’hui le bitcoin dépasse les 17 000 dollars

ESSAI ACTU ECO Aujourd’hui le bitcoin dépasse les 17 000 dollars

ESSAI ACTU ECO
Aujourd’hui le bitcoin dépasse les 17 000 dollars. Cette cryptomonnaie crée en 2009 par un groupe de hacker inconnu qui avait pour pseudonyme Satoshi Nakamoto, connait un véritable engouement. Cette monnaie qui ne dépend d’aucun organisme ne repose que sur un réseau décentralisé. C’est un réseau informatique où chacun des utilisateurs va jouer à la fois le rôle de serveur et de client. Ce système s’appelle la Blockchain, c’est-à-dire que les bitcoins ne sont pas stockés à un endroit précis mais sur tous les nœuds du réseau à la fois. Il s’agit d’un grand livre de compte tenu par l’ensemble des utilisateurs et dont il existe des milliers de copies. Cette monnaie peut aujourd’hui être échangée contre des devises mais également contre des biens car certains magasins l’acceptent aujourd’hui comme moyen de paiement. Mais pourquoi aujourd’hui cette monnaie connaît-elle un tel engouement ? Comment se fait-il qu’en seulement quelque mois sa valeur soit passée de 7 000 à 17 000 dollars ? Sommes nous fasse à la prochaine bulle spéculative prête à exploser ?
Plusieurs raisons peuvent expliquer pourquoi cette cryptomonnaie attire tant la population. Premièrement cette monnaie ne connait aucune règlementation et ne dépend d’aucun organisme, ce critère répond bien au désir de la population d’échapper au contrôle de l’Etat. De plus, les ménages ont perdus toute confiance envers les banques et monnaies actuelles contrôlées par les états et les banques centrales. Aujourd’hui chaque monnaie, et par exemple l’euro est contrôlée par une banque centrale qui décide du volume en circulation et qui influe sur son inflation par des actions de quantitative easing, de currency board et autre et par conséquent sur le pouvoir d’achat des ménages. Le bitcoin lui ne dépend que de l’offre et de la demande des ménages, il est en quantité limitée et ne pourra donc jamais dépasser une quantité totale de 21 millions de bitcoin. Le prix du bitcoin est donc influencé par cette quantité limitée car chaque bitcoin deviendra plus rare avec le temps et coûtera donc plus cher. Autre avantage du bitcoin, celui-ci se voit beaucoup plus sécurisant pour les transactions car il n’y a plus de donné bancaire personnel sur internet, chaque utilisateur détient une clé privée et une clé publique permettant de l’identifier sans connaître sa réelle identité tel que son nom ou encore son adresse. Les transactions sont infalsifiables et les montants transférés sont limités. L’atout majeur de cette monnaie lors des transactions est qu’il n’y a pas d’intermédiaire et donc pas de frais de transactions. On peut donc effectuer des transactions de personne à personne dans le monde entier sans payer de frais supplémentaire et tout en gardant l’anonymat des utilisateurs. Le bitcoin a ainsi permit à des touristes de faire des achats alors qu’ils avaient dépassé leur plafond de leur carte bancaire ou encore d’acheter à des fournisseurs étrangers sans frais bancaires. Cependant le bitcoin est surtout un moyen de spéculer et de s’enrichir pour certains, voire de perdre beaucoup pour d’autres.
La spéculation sur cette monnaie la rend donc très volatile et c’est là l’une de ces premières limites. Le bitcoin connait de grandes fluctuations, de par le fait qu’il soit présent sur un marché non régulé. Ainsi il prend de la valeur lorsque tout le monde se met à en acheter, cependant si un jour tout le monde décidait également de les revendre en même temps son prix chuterait de façon phénoménale et les pertes engendrées pourraient être très importantes et soudaines. Et ce n’est pas tout, son anonymat, son absence de contrôle et sa facilité d’usage amènent à utiliser le bitcoin à des fins illégales. Il favorise ainsi le trafic de drogue sur le darknet mais aussi les évasions fiscales. Certains hakers se servent de cette cryptomonnaie pour demander des rançons après avoir pirater leurs victimes. Cette insécurité croissante et cette tendance à financer des activités illégales pourraient faire parties des différents indices signifiants la fin du bitcoin.
Le bitcoin touche t-il à sa fin ? Est-ce une bulle prête à éclater ? Ou au contraire est ce seulement le début de son succès ?
Mike Hearn expose dans un article intitulé The resolution of the bitcoin experiment les raisons techniques et organisationnelles qui aboutiraient selon lui à l’effondrement du bitcoin. La première d’entre elles serait le cœur de son système, la blockchain ou du moins la manière dont elle est utilisée. En effet, il s’avèrerait que les transactions aient énormément augmentées à un rythme que n’avait pas prévu les créateur de la cryptomonnaie et qu’ils ne seraient plus en mesure de gérer. Non seulement le rythme des transactions augmente de façon exponentielle mais aussi les capacités limites de stockages du système semblent bientôt atteintes. Pour des raisons de stabilité du réseau et de fiabilité des échanges, la taille maximale des blocs a été limitée à 1 mégaoctet, et elle atteint actuellement un peu plus de 0,7 mégaoctet en moyenne. Alors que le volume d’échange avoisine désormais 300 000 transactions quotidiennes, il deviendra techniquement impossible de valider toutes les opérations en bitcoins.
Mais on se demande surtout si le bitcoin ne serait pas une bulle spéculative. La cryptomonnaie semble connaître une très forte progression actuellement, comme elle en a déjà connue dans le passée. Cependant chaque envolée des cours du bitcoin est systématiquement suivie par un effondrement aussi brutal. Si nous nous fions en la théorie des cycles, la bulle ne devrait pas tarder à exploser. Le problème fondamental du bitcoin est qu’il possède un statut ambigu, entre monnaie et matière première. Le bitcoin correspondrait plus à une matière première et l’inconvénient de celles-ci est qu’elles sont gouvernées par des règles de rareté et sujettes à des attaques de spéculation d’autant plus que le bitcoin n’existe qu’en quantité limité. Mais la plus grande faille des bitcoins réside dans les projections théoriques : si la monnaie s’étend, elle est vouée à l’echec. Si un million de personnes se mettaient à utiliser des bitcoins régulièrement, la valeur de la monnaie atteindrait des sommets et cela générerait un phénomène d’hyperdéflation. L’hyperdéflation correspond à une forte baisse des prix.
Selon Joseph Stiglitz, Le bitcoin «ne sert aucune fonction socialement utile» et ne réussit «qu’en raison de son potentiel de contournement, du déficit de surveillance»: «il me semble que le bitcoin devrait être interdit» ajoute-t-il. Pour Jean Tirole, le bitcoin est «un actif sans valeur intrinsèque». Il «s’apparente à un rêve libertaire mais il s’agit d’une vraie migraine pour quiconque perçoit la politique publique comme un complément à l’économie de marché», argumente le chercheur.
De plus, voyant une menace arrivée, la Chine semble s’être récemment retirer du marché des bitcoins car celle-ci menacerait la valeur de sa monnaie nationale. Encore un évènement qui a influencé le cours du bitcoin puisque la Chine représentait près de 22% des transactions mondiales. Après ce retrait de la Chine le cours du bitcoin a perdu jusqu’à 30% de sa valeur. Aujourd’hui il semblerait que la Chine soit prête à assouplir sa position et même à autoriser à nouveau les échanges.
Cependant l’insécurité de la monnaie reste présente, comme le témoigne les nombreuses cyber attaques. L’anonymat de la monnaie attire les hackers qui se réjouissent de pouvoir voler de l’argent sur internet. Ces attaques deviennent de plus en plus difficiles à contrer. Ces cyber attaques jouent sur la fiabilité du système mais également sur le cours du bitcoin car les victimes censés payer en bitcoin font augmenter la demande de la monnaie et ainsi augmenter le cours de la monnaie pour ensuite le refaire baisser.
On constate néanmoins que toutes ces menaces, l’insécurité et le risque d’éclatement d’une bulle spéculative ne semblent pas effrayer les investisseurs qui continuent aujourd’hui de faire monter le cours de la monnaie. En effet les mises en garde des prix nobel tel que Stiglitz ou Krugman ne touchent pas les adeptes des bitcoins qui les voient comme « des membres de l’ancien monde ». Un internaute aurait même tweeter : « Si Stiglitz et Krugman détestent tous les deux le bitcoin, alors j’achète. » Les investisseurs retrouvent sans doute un plaisir transgressif pour cette monnaie qui se voit être « anti-système ».
Bibliographie :
http://www.zdnet.fr/actualites/quand-la-bulle-bitcoin-va-t-elle-exploser-39789004.htmhttps://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vers-la-fin-de-bitcoin-en-chine-197122https://www.lesechos.fr/15/05/2017/lesechos.fr/0212088378297_bitcoin-et-cyberattaque–un-impact-sur-le-cours–pas-sur-la-fiabilite.htmhttp://www.liberation.fr/futurs/2017/12/01/bitcoin-les-economistes-crient-a-la-bulle-en-vain_1613889http://www.economiematin.fr/news-echec-bitcoin-monnaie-virtuelle-bourse-bulle-finance-faurehttps://mydigitalweek.com/blockchain-tel-engouement/SAINT-JEAN Axelle

x

Hi!
I'm Ava

Would you like to get a custom essay? How about receiving a customized one?

Check it out